autres Buzz Lifestyle

Voici pourquoi Nelson Mandela aimait Fidel Castro et Muammar Kadhafi, deux hommes détestés par l’Occident

De nombreux critiques de l’Occident ont souligné une certaine pauvreté de l’imagination lorsque les intellectuels occidentaux sont contraints de conceptualiser un monde où ils ne font pas les règles et ne fixent pas les paramètres.

La critique part du principe qu’il existe une idéologique que les intellectuels occidentaux ne peuvent pas substituer à autre chose. C’est peut-être parce qu’ils sont mal à l’aise avec des perspectives qui ne ressemblent pas à leurs récits culturels. Toute autre perspective vient à ces intellectuels par le biais du miroir.

Prenez, par exemple, Nelson Mandela et la façon dont il a été perçu aux États-Unis et en Grande-Bretagne. En parcourant l’histoire, on remarque une évolution des sentiments à l’égard de l’ancien leader sud-africain parmi l’élite des universitaires, des hommes politiques et des journalistes en Occident.

En 1987, Margaret Thatcher était certaine que Mandela était le chef d’une organisation terroriste appelée le Congrès national africain (ANC). Plus tard, elle a estimé que la libération de Mandela était importante pour tout progrès en Afrique du Sud.

Margaret Thatcher n’était pas la seule personne qui pensait que Mandela était un fauteur de troubles et qui a changé d’avis. Son allié et président américain Ronald Reagan s’est également enthousiasmé pour Mandela pendant un certain temps.

L’Occident a essayé de choisir les amis et les ennemis de Mandela à sa place. Ils étaient peut-être peu familiers avec le Mandela qui a écrit dans son autobiographie de 2008, Long Walk To Freedom (Un long chemin vers la liberté) :

« J’ai lu le rapport de Blas Roca, le secrétaire général du Parti communautaire de Cuba, sur leurs années d’organisation illégale sous le régime Batista. Dans Commando, de Deneys Reitz, j’ai lu les tactiques de guérilla non conventionnelles des généraux Boer pendant la guerre anglo-boer. J’ai lu des ouvrages de et sur Che Guevara, Mao Tse-tung, Fidel Castro. »

Ou encore ils ne connaissaient pas bien le Mandela qui s’est rendu à La Havane, à Cuba, et qui a déclaré :

« Nous admirons les sacrifices du peuple cubain pour maintenir son indépendance et sa souveraineté face à une campagne vicieuse orchestrée par les impérialistes. Nous aussi, nous voulons contrôler notre propre destin. »

Jusqu’à sa mort, les Occidentaux ne comprenaient pas pourquoi Mandela faisait l’éloge de Fidel Castro. Comment et pourquoi Mandela il a trouvé en un ennemi de l’Occident un allié confortable.

Ils trouveront peut-être leur réponse ici, dans ce que Mandela a dit à Castro lors d’un événement public à La Havane :

« Qui a formé notre peuple, qui nous a donné des ressources, qui a aidé tant de nos soldats, nos médecins ?

C’était les Cubains – et aussi Mouammar Kadhafi, un autre ennemi favori de l’Occident. Kadhafi a financé clandestinement la résistance armée de l’ANC au gouvernement d’apartheid pendant des années.

Non seulement Mandela était reconnaissant à Kadhafi et Castro, mais il pensait aussi qu’ils étaient des exemples de la façon de répondre à l’impérialisme incessant de l’Occident. Un autre point à cet égard est que Mandela se considérait également comme un socialiste, ou du moins, comme un homme favorable à un mécanisme collectiviste du pouvoir et des relations matérielles.

Mais il ne s’est pas laissé piéger dans une prison idéologique qu’il s’était lui-même imposée. Comme l’a soutenu Jake Bright, « Mandela allait embrasser la voie de l’ouverture du marché qui a conduit à la croissance… remarquable compte tenu des tendances marxistes-communistes du Congrès national africain (ANC) et de sa propre tendance. »

C’est presque comme si Mandela était ouvert à une variété qui pimenterait la qualité de vie. Nous ne devons pas oublier que, contre l’avis de la plupart des habitants du pays, Mandela a accueilli favorablement le rôle des minorités blanches dans la construction de la nouvelle Afrique du Sud.

Lors d’une visite aux États-Unis en 1990, lorsque Mandela a été interrogé sur la raison pour laquelle il est proche de Yasser Arafat, Castro et Kadhafi, Mandela a répondu : « Une des erreurs que font certains analystes politiques est de penser que leurs ennemis devraient être nos ennemis. »

Nelson Mandela n’était pas un homme qui était prêt à hériter des ennemis de qui que ce soit ou se limiter à une hétérodoxie dépassée.

Crédit photo : latribune




Source link

Laisser un commentaire