Europe France

Vaccins, manifestations en Russie, présidentielle au Portugal… les cinq infos à retenir du week-end

  • Covid-19 : vacciner au rythme de la production et reconfiner en fonction de la menace des variants

Un homme de plus de 75 ans se fait vacciner à Lamballe-Armor (Côtes-d’Armor), le 22 janvier.

Alors que la France a atteint le million de vaccinés contre le Covid-19 samedi 23 janvier, le rythme de production des vaccins n’est toujours pas assez soutenu pour répondre à l’urgence. Le 15 janvier, les laboratoires Pfizer et BioNTech signalaient des retards de livraison en raison d’aléas dans la production ; cette semaine, ils indiquaient que l’Agence européenne des médicaments (EMA) ayant établi qu’un flacon de leur vaccin contenait six doses, et non cinq comme annoncé, ils livreraient moins de flacons pour le même prix.

Lire aussi Covid-19 en France : un million de Français ont été vaccinés

En attendant l’arrivée du vaccin d’AstraZeneca, qui pourrait être autorisé par l’EMA le 29 janvier, les Européens n’ont pas d’autre choix que de vacciner au rythme de la production des deux vaccins à ARN messager, dont la montée en cadence représente un défi industriel sans précédent.

Quant à un potentiel troisième confinement, le verdict tombera la semaine prochaine, a fait savoir dimanche Olivier Véran dans un entretien au Parisien : « J’attends d’abord d’être fixé sur les effets du couvre-feu. On le sera la semaine prochaine. […] Si ça ne baisse pas, si les variants commencent à se diffuser partout, alors on prendra des mesures supplémentaires, évidemment », dont un éventuel confinement. Dans ce cas, il ne sera pas exclu que les écoles restent cependant ouvertes, a déclaré Jean-Michel Blanquer dans le Journal du dimanche.

Lire aussi le compte-rendu : Face au Covid-19, quels sont les pays, villes ou régions qui reconfinent ?
  • Manifestations en Russie en soutien à Navalny

Les manifestants affrontent la police antiémeute, lors d’un rassemblement de soutien au leader de l’opposition emprisonné Alexei Navalny, à Moscou, le 23 janvier.

Pour le Kremlin, il s’agira d’un rappel : dans l’entreprise de démolition de l’opposition qu’il a engagée, le pouvoir russe devra compter avec la rue. Samedi 23 janvier, des dizaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues des villes russes pour exiger la libération de l’opposant Alexeï Navalny, arrêté le 17 janvier à son retour d’Allemagne, cinq mois après son empoisonnement en Sibérie.

Ces rassemblements ont eu lieu dans 114 villes du pays et la police a effectué près de 3 300 arrestations. A Moscou, la mobilisation restera comme l’une des plus importantes de ces vingt dernières années. L’opposition entend continuer à maintenir la pression, au moins jusqu’aux audiences qui doivent décider de l’avenir d’Alexeï Navalny.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Kremlin, prisonnier d’Alexeï Navalny
  • Le journaliste américain Larry King est mort

Des fleurs reposent sur l’étoile du Hollywood Walk of Fame du défunt géant de la radiodiffusion Larry King, le samedi 23 janvier 2021, à Los Angeles.

Le journaliste et interviewer vedette de la chaîne CNN, Larry King, est mort samedi 23 janvier, à 87 ans. Il fut, avec ses larges lunettes et ses bretelles, l’un des premiers à mettre au point, à l’intuition, un mélange entre l’information et le divertissement dans sa célèbre émission le « Larry King Live ». Plus de 50 000 responsables politiques ou célébrités ont défilé devant son micro vintage pendant plusieurs décennies.

L’entomologiste du petit monde de la célébrité, Maureen Dowd, avait décrit dans le New York Times l’émission de Larry King comme « la station de vacances du journalisme américain, le Palm Springs des médias où les responsables politiques et autres personnalités controversées ou célèbres peuvent venir décompresser et se détendre ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Larry King, ancien intervieweur vedette et pionnier du mariage entre information et divertissement
  • Les Portugais appelés à élire leur président, malgré le confinement

Des électeurs patientent pour voter à l’élection présidentielle, à Lisbonne, dimanche 24 janvier.

Reconfinés depuis le 15 janvier en raison d’une recrudescence des cas de Covid-19, les Portugais étaient invités à sortir de chez eux dimanche pour élire leur président. Une élection qui devrait entériner la reconduction du candidat sortant, le conservateur modéré Marcelo Rebelo de Sousa. Tous les sondages réalisés avant l’élection ont prédit sa victoire dès le premier tour.

Avec un taux de participation de 35,4 % à 16 heures (17 heures à Paris), la mobilisation n’était qu’en légère baisse par rapport à la présidentielle de 2016 (37,7 % à la même heure), alors que certains analystes redoutaient une abstention record avoisinant les 70 %.

Lire le portrait : « Marcelo », l’antithèse de Trump, brigue un second mandat à la tête du Portugal
  • Emmanuel Macron veut « adapter notre droit pour mieux protéger les enfants victimes d’inceste »

« On vous écoute. On vous croit. Et vous ne serez plus jamais seuls. » Dans une vidéo et une série de messages postés sur Twitter, Emmanuel Macron a annoncé samedi son intention d’adapter la législation française pour mieux protéger les victimes d’inceste et de violences sexuelles.

Il dit avoir demandé au ministre de la justice, Eric Dupond-Moretti, et au secrétaire d’Etat chargé de la protection de l’enfance, Adrien Taquet, « de mener une consultation qui devra déboucher rapidement sur des propositions ». Le président de la République a également annoncé le lancement d’une « initiative » sur les violences sexuelles commises pendant l’enfance afin de recueillir les témoignages et de protéger les victimes.

Lire aussi Emmanuel Macron veut « adapter notre droit pour mieux protéger les enfants victimes d’inceste »

France. Vive émotion après le passage à tabac d’un adolescent à Paris

Recherches Google. Quelles sont les questions qui préoccupent le plus les Français face au Covid ? « Le Monde » a eu accès en avant-première aux données issues de Google. Spoiler : depuis un an, nos préoccupations ont été bouleversées.

Politique. L’épouvantail a été ressorti du placard : l’Etat, voilà le problème. Comment la crise du Covid-19 a relancé la volonté d’Emmanuel Macron de réformer l’Etat ?

Le Monde




Source link

Laisser un commentaire