Gabon

Rose Ossouka à la Primature : Une volonté de rupture ou simple coup de communication ? | Gabonreview.com

L’émission Appel sur l’actualité du 21 juillet, animée par François Mazet sur Radio France internationale (Rfi), était consacrée à la nomination de Rose Christiane Ossouka Raponda à la Primature. Des nombreux auditeurs du Gabon et d’ailleurs ont répondu la question du jour : cette nomination est-elle mue par la volonté de rompre avec les vieilles méthodes dans la gestion de la chose publique ou est-ce un simple coup de communication tenté par Ali Bongo. Extraits de certaines  interventions d’auditeurs.

Ali Bongo et son nouveau Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda. © D.R.

Jean-Valentin (Gabon) : Nous n’attendons rien de cette femme. Sa nomination à la Primature est une continuation de l’Etat Bongo PDG !».

Toussaint (Gabon) : «Je ne ferai pas de procès d’intention, bien qu’on entende des louanges en sa faveur. Mais nous pensons simplement que ce n’est pas une question d’homme ou de femme. Vous aurez beau nommer un homme ou une femme, ce n’est pas cela qu’on attend. Nous voulons juste que l’IDH (Indice du développement humain) du Gabon soit amélioré. On attend que le PIB (Produit intérieur brut) par habitant soit amélioré. Nous voulons que les 250 000 ménages du Gabon aient de l’eau potable. Je souhaite voir des chantiers des écoles pousser partout dans le pays. C’est cela qui est important pour l’avancement du Gabon».

Blaise (Kinshasa-RDC) : «La nomination de cette dame est un simple coup de publicité tenté par Ali Bongo et son entourage. Il est bien beau de nommer une femme mais le problème est-ce qu’elle va exercer le pouvoir ? Je pense qu’à l’heure actuelle, Ali Bongo n’est plus l’homme fort du Gabon comme il l’était il y a 5 ans. Il est déstabilisé. Peut-être qu’il croit qu’en nommant une femme à la Primature, il pourra s’attirer la sympathie des femmes qui luttent pour la parité».

Jean Gilbert (Gabon) : «C’est une grande joie pour le Gabon. Parce que Rose Christiane Ossouka Raponda est une grande dame pétrie d’expérience. Donc le choix porté sur elle est un choix qui respecte la majorité des populations gabonaises. Nous attendons juste qu’elle réédite les mêmes exploits qu’elle a réalisés dans les différents postes qu’elle a occupés. Qu’elle contrôle, regarde et vérifie, parce que nous savons que la femme est très fidèle. Nous croyons en elle pour la relance économique, parce que nous savons que les femmes gabonaises sont plus dynamiques et fidèles dans le travail. Parce que rares sont les femmes qui ont détourné les deniers publics, alors que les hommes sont les champions dans cet exercice»

 Ariane (Gabon) : «C’est une bonne chose pour moi en tant que femme. Vu que c’est la première fois que nous accédons à ce poste. Maintenant au Gabon, sincèrement de ce que j’ai constaté, il est souvent difficile de travailler. On n’accepte pas les bosseurs, et les rigoureux. Madame Ossouka est compétente mais est ce qu’elle va pouvoir travailler en toute liberté ? C’est là la grande interrogation, vu que l’équipe qui l’entoure est composée des personnes qui étaient là déjà pour la plupart»

Annie Léa (Gabon) : «C’est une bonne chose et nous nous réjouissons. Mais cette nomination n’est pas surprenante, parce qu’il y avait des spéculations depuis quelque temps qui faisaient de ce qu’une femme pourrait être promue et son nom figurait en bonne position. C’est vrai que ça fait plaisir de savoir que les femmes sont dans les sphères de décision mais en tant que femme, nous souhaitons que la gestion de la chose publique soit faite de manière différente. Malheureusement, nous nous interrogeons ! Est ce qu’elle aura les coudées franches pour faire le travail. Il faut de toutes les façons qu’elle essaie de se démarquer».


Source link

Laisser un commentaire