autres

« Rien n’est normal, c’est 2020 »; Les deux choses qui lui ont manqué pendant le confinement

Après l’entraînement des Lakers lundi, LeBron James a donné une interview où il a notamment évoqué la vie sur le campus d’Orlando. Un scénario inédit pour celui qui a pourtant expérimenté beaucoup en 17 saisons NBA.

« Chaque saison a ses propres challenges, ses propres obstacles, et il faut s’y ajuster. C’est une année différente, avec différents challenges et différents obstacles, et tu dois t’ajuster. La mentalité pour moi n’a pas changé, même si on a eu cette coupure. Chaque année il y a des choses auxquelles tu dois t’ajuster, que tu y sois préparé ou non, donc c’est pareil pour 2020.

[…] C’est 2020. Tout le monde me demande comment est la bulle, comment ça se passe… je réponds juste que c’est 2020. Rien n’est normal en 2020. Qui sait si cela reviendra comme c’était avant. L’important c’est de faire les ajustements, c’est la vie. Rien n’est normal, mais ce qui n’a pas changé c’est le terrain duquel on vient de sortir, mes coéquipiers et ce pourquoi nous sommes là. » LeBron James

C’est très sereinement et toujours concentré sur son objectif qu’il aborde son quotidien dans la bulle.

« Tout s’est passé comme c’était censé se passer depuis qu’on est ici, rien ne m’indique que ça ne continuera pas. Et si quelque chose arrive – ce qu’on ne croit pas -, on s’ajustera et on verra à partir de là. Mais je ne me réveille pas le matin en me disant ‘Peut-être que ça ne marchera pas’. Je n’approche pas les choses de cette façon. Ce matin en me réveillant j’ai pensé à ma famille d’abord, puis à comment avoir un impact à l’entraînement aujourd’hui et comment nous aider à progresser, c’est tout. » LeBron James

Toujours dans les avions depuis son plus jeune âge, la star des Lakers a particulièrement apprécié le fait de pouvoir passer du temps avec sa famille.

« Avec la suspension de la saison, j’ai pu rester chez moi avec ma famille pendant 4 mois. Ça n’était pas arrivé depuis… mon année freshman au lycée je dirais. Je crois que c’était la dernière année où on ne voyageait pas à travers les États-Unis et le monde pour jouer au basket. Donc c’est la première fois que j’ai vraiment pu passer du temps à la maison avec ma famille. En dehors de ça je voyage depuis que j’ai 15 ans, donc ça fait plus de 20 ans. Tous les jours voir ma femme, mes enfants, être à la maison, être présent, c’était une bénédiction. Et être ici aujourd’hui, ça donne un peu le sentiment d’être dans un grand tournoi AAU pour adultes. On a l’occasion de faire ce qu’on aime, jouer au basket, avec nos coéquipiers, nos frères, donc tout va bien. » LeBron James

Il lui a en revanche fallu prendre son mal en patience pour revoir sa mère, Gloria James.

« La seule chose qui m’a manqué pendant le confinement c’était ma mère. C’est la première fois que je suis resté aussi longtemps sans voir ma maman. Je ne l’avais pas vue depuis le All-Star Weekend, puis je l’ai revue deux semaines, non trois semaines avant qu’on doive être de retours dans nos villes respectives. C’était extrême pour moi. Vous connaissez mon histoire, j’ai été élevé par ma mère, j’étais enfant unique, ma mère avait 16 ans quand elle m’a eu. Elle me disait ‘Non je ne quitte pas Akron, je ne prends pas l’avion’ (rire), elle m’a aidé à tenir en me disant qu’on se verrait en temps voulu. Donc oui c’est la seule chose qui m’a vraiment manqué, je jouais tout le temps au basket dehors chez moi avec mes fils, on jouait aussi aux jeux vidéos… c’était fun. Je peux aussi dire la compétition. Ma maman et la compétition. La confrontation m’a manqué. » LeBron James

Sadio Mané à la Juventus, un bon choix ? Messi doit quitter le Barça, le moment ou jamais | Mercato




Source link

Laisser un commentaire