Gabon

L’OMS prconise un renforcement des services de sant de COVID-19 dans les contextes humanitaires en Afrique


Brazzaville – L’Organisation mondiale de la Sant (OMS) a appel aujourd’hui un meilleur accs la dtection, au dpistage et aux soins de COVID-19 pour les populations vulnrables confrontes aux consquences des conflits prolongs et des urgences humanitaires en Afrique.L’Afrique subsaharienne abrite plus de 26 % des rfugis du monde. Des conflits de longue dure dans des rgions comme le Sahel ont entran la fermeture des structures de sant et la fuite des travailleurs de la sant. Au Burkina Faso, 110 structures sanitaires ont t fermes cause de l’inscurit, tandis que les services ont t interrompus dans 186 autres, laissant environ 1,5 million de personnes sans soins de sant adquats. Dans le centre et le nord du Mali, les services de sant ont t paralyss par des attaques persistantes. Rien qu’en 2019, 18 attaques contre des centres de sant ont t signales. Depuis le dbut de l’anne, un centre de sant a t attaqu.

Le COVID-19 a exacerb les problmes humanitaires existants, notamment en ce qui concerne l’accs aux services de sant dans de nombreux pays de la Rgion , a dclar Dr Matshidiso Moeti, directrice rgionale de l’OMS pour l’Afrique. Avec la pandmie, nous avons vu certaines oprations humanitaires retardes en raison des confinements, des couvre-feux et des restrictions de mouvement du personnel et des fournitures indispensables la rponse au COVID-19 .

Les lieux surpeupls, tels que les camps de dplacs, peuvent accrotre le risque de transmission de COVID-19 en raison de l’accs difficile l’eau potable, ce qui entrane une hygine insuffisante, et o la distanciation physique est presque impossible.

Le systme des Nations Unies a mis en place des cellules de sant dans huit pays o la situation humanitaire ncessite le soutien de la communaut internationale, notamment au Burkina Faso, en Rpublique centrafricaine, au Tchad, en Rpublique dmocratique du Congo, en thiopie, au Mali, au Niger et au Sud Soudan. Bien que les informations sur la transmission de COVID-19 dans les contextes humanitaires restent limites ce jour, environ 1800 cas de COVID-19 ont t signals dans sept de ces pays parmi les personnes dplaces, les rfugis, les migrants ou dans les zones touches par des crises humanitaires. En raison de la capacit limite de dtection et de test, ce nombre est probablement sous-estim.

L’OMS exhorte la communaut humanitaire et les tats membres accrotre leur soutien aux millions de personnes qui ont un besoin urgent d’assistance dans la Rgion. Si nous ne renforons pas les services de sant, notamment les tests, la recherche, l’isolement et les soins aux personnes vivant dj dans des situations prcaires et des camps de dplacs, le COVID-19 pourrait dclencher une tragdie sans prcdent , a dclar Dr Moeti.

L’OMS a formul des recommandations sur l’adaptation des mesures d’attnuation des effets de COVID-19 dans les camps ou dans des cadres similaires, en prconisant des dpistages sanitaires pour les personnes arrivant dans des sites collectifs et des centres d’isolement temporaire pour les cas suspects. L’OMS conseille que les activits telles que la distribution de nourriture ou l’ducation soient ajustes pour limiter les rassemblements de masse et renforcer la prvention et la lutte contre l’infection.

L’OMS travaille avec le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies, l’Agence des Nations Unies pour les rfugis (HCR) et d’autres partenaires oprationnels pour sensibiliser les populations vulnrables au COVID-19, distribuer des fournitures mdicales et mettre en place des mesures prventives telles que des stations de lavage des mains. Des efforts sont galement en cours pour renforcer la surveillance, former les travailleurs de la sant, tablir des centres de tlmdecine, et tester et soigner les personnes qui contractent la maladie.

Les Nations unies mettent en uvre le Plan mondial d’intervention humanitaire pour le COVID-19 afin de lutter contre la pandmie dans les pays confronts des situations humanitaires. Ce plan identifie les moyens de rpondre aux besoins sanitaires et non sanitaires immdiats lis au COVID-19 chez les populations les plus vulnrables travers la sant, l’eau, l’assainissement, l’hygine, l’alimentation et l’agriculture, la logistique, l’ducation et la protection. Sur les 63 pays couverts par le plan, 20 se trouvent en Afrique.

En collaboration avec le Forum conomique mondial, l’OMS a tenu aujourd’hui une confrence de presse virtuelle avec Dr Moeti, Dr Pierre Somse, ministre de la Sant et de la Population de la Rpublique centrafricaine, Patrick Youssef, directeur rgional pour l’Afrique du Comit international de la Croix-Rouge, et Adhieu Achuil Dhieu Kueth, rfugi sud-soudanais vivant dans le camp de Dadaab au Kenya.

(FIN)




Source link

Laisser un commentaire