Europe France

Les « Revenants », une série trop tôt disparue

“LES REVENANTS” [2012], réalisé par FABRICE GOBERT. akg-images / Album / Canal + / akg-images / Album / Canal +

Par

Publié aujourd’hui à 18h57

« Un beau scénario intournable, un casting inadéquat, un tournage empoisonné par la haine ou aveuglé par l’amour, un trop fort décalage entre intention et exécution, un enlisement sournois ou une exaltation trompeuse. » Le docteur François Truffaut identifiait ainsi les agents pathogènes qui font les « grands films malades », ces chefs-d’œuvre dont l’imperfection est indissociable de la beauté. La Règle du jeu de Jean Renoir, Pas de printemps pour Marnie d’Alfred Hitchcock ou Un roi à New York de Charlie Chaplin suscitent des passions plus violentes que les classiques unanimement encensés que sont La Grande Illusion, Fenêtre sur cour ou Les Temps modernes.

Les séries sont, elles, victimes d’autres infections, à commencer par celle qui interrompt leur existence, le non-renouvellement, au terme d’une saison qui n’a pas rencontré le succès escompté. On peut aussi citer la mort d’un des interprètes principaux, le renvoi et le remplacement du créateur ou même un succès inattendu qui force à prolonger un récit qui n’avait pas vocation à survivre à sa première saison.

Mais tenons-nous-en à ces interruptions forcées qui produisent non pas de grandes œuvres tourmentées, mais des objets qui n’atteindront jamais la dimension que leurs auteurs avaient imaginée, ces espèces de bonsaïs de la fiction que sont les séries arrêtées avant leur terme. Cette mutilation laisse une place à l’imagination de celles et ceux qui ont découvert un univers, y ont trouvé leur place et ne parviennent pas à faire le deuil de son implosion.

Lire aussi “Les Revenants”, à la vie, à la mort

Comme pour des amis perdus de vue, on porte le regret de ne plus avoir de nouvelles de personnages rencontrés au long de deux douzaines d’épisodes, grossièrement interrompus par des considérations matérielles. J’aimerais savoir ce que sont devenus les quatre quadragénaires de Togetherness, la série matrimoniale de Jay et Mark Duplass, qui n’a vécu que deux saisons sur HBO, de 2015 à 2016.

Matière intime

Cette épitaphe – trop tôt disparue, à jamais dans nos mémoires –, il n’y a pas de série française qui la porte aussi bien que Les Revenants, de Fabrice Gobert. Les dates inscrites sur sa pierre tombale suffisent à dire son histoire tourmentée : 2012-2015, pour seulement deux saisons, diffusées sur Canal+. La première fut portée aux nues, la seconde rencontra au mieux une sollicitude peinée, au pire l’indifférence de spectateurs qui se firent de moins en moins nombreux, de 1,4 million pour les premiers épisodes à 400 000 pour l’épilogue.

Il vous reste 70.61% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Laisser un commentaire