Europe France

les Bleus signent une nouvelle victoire en relais

Emilien Jacquelin a dépassé au sprint le Norvégien Johannes Boe.

L’équipe de France masculine de biathlon a trouvé la bonne formule. Après un début de saison raté en relais, les Bleus ont haussé leur niveau et ont enchaîné une deuxième victoire en Italie, à Antholz-Anterselva, samedi 23 janvier.

L’équipe composée d’Antonin Guigonnat, Quentin Fillon Maillet, Simon Desthieux et Emilien Jacquelin a terminé juste devant la Norvège, loin devant la Russie, troisième. C’est le deuxième succès en huit jours, après la victoire dans le relais d’Oberhof, déjà devant les mêmes Norvégiens – mais où Fabien Claude figurait à la place d’Antonin Guigonnat.

« Rester dans ses skis pour le faire douter »

Au début du dernier tour, le Français Emilien Jacquelin et le Norvégien Johannes Boe étaient au coude à coude, dans un remake parfait de la poursuite des championnats du monde 2020 sur cette même piste, où le Français avait battu l’ogre norvégien. Et samedi encore, il est brillamment parvenu à prendre le dessus au sprint.

« J’ai ménagé au mieux mes efforts, car je savais que cela pouvait se finir au sprint. Au premier tour, j’ai gardé de l’énergie. Sur mon deuxième tour, j’ai essayé de rester à une dizaine de secondes de Johannes Boe. Après le dernier tir, j’ai voulu tout de suite combler l’écart. La chance que j’avais, c’était de rester dans ses skis pour le faire douter », a raconté Emilien Jacquelin sur La chaîne L’Equipe.

Emilien Jacquelin avec ses partenaires du relais français.

Le Norvégien, facile vainqueur de l’individuel vendredi, a peut-être été émoussé par son début de relais rapide, où il a dépensé énormément d’énergie pour combler les quinze secondes d’écart qui le séparaient du trio de tête, composé de la France, la Russie et l’Allemagne.

Johannes Boe a pris sans attendre la course à son compte, comptant même quelques secondes d’avance avant le dernier tir. Mais une cible manquée, qui l’a contraint à perdre quelques secondes pour piocher une balle dans sa réserve, a permis au Français, auteur d’un sans-faute, de revenir sur ses skis.

Emilien Jacquelin est resté derrière le Norvégien pendant l’essentiel du tour, avant de le surprendre et de le dépasser par la gauche à l’approche du dernier virage.

« Il y a eu beaucoup de fautes, et de la part de toutes les équipes. Je ne sais pas si c’est la course ou l’excitation. Cela n’enlève rien à notre victoire, c’est sublime », a commenté, ravi, Quentin Fillon Maillet.

Résurrection

Le relais français et le staff posent devant le podium d’Antholz-Anterselva.

Avec ce deuxième succès en relais, Emilien Jacquelin vit une sorte de résurrection en course par équipe, lui qui a également remporté le relais mixte en Allemagne avec l’autre française en forme du moment, Julia Simon.

Lors des deux premières épreuves de relais de la saison, où il était le deuxième relayeur des Bleus, il avait chaque fois craqué sur les tirs, écartant toute chance de podium pour l’équipe de France.

Depuis, il a été repositionné en dernière position du relais, ce qui lui permet de ne pas avoir à se préoccuper du peloton et le met dans les conditions de course qu’il préfère.

Lire aussi Biathlon : Emilien Jacquelin, un statut à confirmer

Champion du monde du relais en 2020, à Antholz-Anterselva, les Bleus sont désormais favoris pour se succéder à eux-mêmes lors des Mondiaux à Pokljuka, en Slovénie (du 11 au 21 février), où aura lieu la prochaine course sous ce format.

Cette journée du 23 janvier aura été très souriante pour l’équipe de France avec la victoire de Julia Simon dans la mass start féminine, une semaine après son premier succès dans l’épreuve-phare du biathlon.

Dimanche, les courses seront inversées, les femmes disputant le relais par équipe tandis que les hommes s’élanceront pour un départ groupé.

Lire aussi Biathlon : doublé historique pour Julia Simon en mass start

Le Monde




Source link

Laisser un commentaire