Europe France

l’équipe de Joe Biden s’inquiète de l’arrêt des briefings de la part du Pentagone

L’équipe du président élu des Etats-Unis, Joe Biden, a alerté vendredi 18 décembre, sur de potentiels risques concernant la sécurité nationale, accusant le Pentagone d’avoir arrêté ses briefings avec le gouvernement de transition. L’un des membres de l’équipe de transition du démocrate, Yohannes Abraham, s’est ainsi dit « inquiet d’apprendre cette semaine un arrêt soudain de la coopération, déjà limitée, à ce sujet ».

Lire aussi l’éditorial du « Monde » : Après Donald Trump, le déluge

Le président républicain sortant, Donald Trump, qui refuse de reconnaître sa défaite dans les urnes, avait empêché jusqu’à récemment les agences gouvernementales de coopérer avec l’équipe Biden comme le veut la tradition.

Le ministre par intérim de la défense de Donald Trump, Chris Miller, a fait valoir vendredi dans un communiqué que les deux parties « s’étaient entendues mutuellement sur une pause pendant les fêtes » concernant les briefings avec les responsables militaires. Une affirmation déniée devant la presse par M. Abraham, qui a prévenu qu’un « échec à travailler ensemble pourrait avoir des conséquences bien au-delà » de la prise de fonctions de M. Biden en janvier. « Il n’y a pas de temps à perdre », a déclaré M. Abraham.

Lire aussi l’analyse : « S’ils veulent redevenir le leader du monde libre, les Etats-Unis doivent redorer leur blason démocratique »

Vaste cyberattaque

Ce dernier à-coup dans le processus de transition du pouvoir, habituellement chorégraphié de manière soignée aux Etats-Unis, intervient peu de temps après une cyberattaque d’envergure subie par les infrastructures du pays, émanant potentiellement de l’Etat russe.

Lire aussi le récit : Aux Etats-Unis, des pirates ont réussi à infiltrer les départements du Trésor et du commerce

Donald Trump n’avait toujours pas communiqué, vendredi après-midi, à propos de la cyberattaque. Le président sortant n’a également pas réagi aux commentaires de hauts responsables politiques et d’entreprises de cybersécurité, soutenant qu’elle avait été perpétrée par Moscou.

Yohannes Abraham a affirmé que l’attaque était source de « grande inquiétude », et que sous la prochaine administration les cyberattaques rencontreraient une réaction infligeant un « coût substantiel ». L’équipe Biden garde « l’espoir et s’attend » à ce que les briefings avec le Pentagone reprennent immédiatement.

Le Monde avec AFP


Source link

Laisser un commentaire