Gabon

Le ministre des Affaires trangres du Gabon dnonce les propos no-colonialistes dun dput franais


Le chef de ltat (du Gabon) nest plus en mesure de prsider son pays depuis 18 mois en raison de son tat de sant , a cru bon de dclarer un dput franais, lu du Haut-Rhin, Bruno Fuchs, hier, loccasion dune sance de questions au gouvernement lAssemble nationale. Une affirmation gratuite et maladroite qui lui a valu une rponse cinglante de la part du ministre gabonais des Affaires trangres, Alain-Claude Bilie-By-Nze. Bien mal lui en a pris. En voulant sans doute faire un effet de manche en voquant, au dtour dune question sur lopposant malien Soumala Ciss adresse au ministre franais des Affaires trangres, Jean-Yves Le Drian, le dput franais du Haut-Rhin, Bruno Fuchs ne sattendait pas recevoir une telle volet de bois vert, un tel concert de dsapprobations (lire notre article).

Il faut dire que ces insinuations, aux relents no-colonialistes, fleurent bon la Franafrique grand papa. Cest en tout cas ce que lui a fait observer ce jeudi sur Twitter le ministre gabonais des Affaires trangres, Alain-Claude Bilie-By-Nze, avec une verve dont il a le secret.

Une certaine ide, dfendue par une certaine France, voudrait faire de lavenir du continent africain le pass ternel de la colonisation franaise. Demander J.-Y Le Drian dagir sur des tats indpendants, cest se situer dans cette France coloniale , a cingl le ministre gabonais.

Du ct de Paris ce matin, o la gne tait palpable, on tente de minimise la porte des propos du dput Fuchs, tant lAssemble nationale quau sein de lExcutif.

Bruno (Fuchs) sest exprim titre personnel. Ses propos ne refltent pas le point de vue de la majorit parlementaire , explique-t-on du ct du ct du groupe LREM.

Mme son de cloche du ct de lExcutif o lon prend lexact contre-pied du dput. Le Gabon est un Etat indpendant, souverain, ami de la France dont le prsident lgitime et reconnu par la communaut internationale est M. Ali Bongo Ondimba , rappelle-t-on du ct du Quai dOrsay, le ministre franais des Affaires trangres. Vous remarquerez que le ministre Le Drian na pas rpondu au dput. Un silence qui vaut dsapprobation , analyse un haut-diplomate franais.

Pour autant, explique un politologue franais, il ne faut pas exagrer la porte de cette petite phrase prononce par ce dput. Il sagit dun dput sur 577 qui sexprime dans le cadre dune question orale donc hors texte de loi, sur un sujet rgalien, la politique trangre, sur lequel lAssemble nationale na strictement aucun pouvoir , rappelle ce spcialiste des relations internationales.

Dans le systme franais, la ralit du pouvoir est concentre entre les mains de lExcutif et, plus prcisment, du Prsident de la Rpublique. Or, depuis larrive lElyse dEmmanuel Macron, les relations entre Paris et Libreville, se sont considrablement renforces (lire notre article).

Selon ce spcialiste franais de gopolitique, rattach lUniversit Panthon-Sorbonne, il y a plusieurs raisons ce rapprochement. Les intrts en jeu sont majeurs. Paris a besoin de Libreville dans des dossiers aussi importants que la lutte contre le rchauffement climatique et la dfense de lAccord de Paris sur lesquels le Gabon est en pointe sur le continent, mais galement dans plusieurs dossiers scuritaires comme la RCA, la lutte contre le terrorisme en Afrique centrale ou contre la piraterie dans le Golfe de Guine, mais galement en matire conomique. Je rappelle quEramet, le dernier minier franais, est co-actionnaire de lEtat gabonais dans lexploitation du manganse, un minerai stratgique , rappelle luniversitaire.

Ironie de lHistoire, les propos de Bruno Fuchs interviennent 24 heures aprs que la Cour de cassation a dbout un collectif dopposants radicaux qui contestaient eux aussi la capacit du prsident Ali Bongo Ondimba diriger le Gabon.




Source link

Laisser un commentaire