Europe France

La BCE demande aux banques de ne pas verser de dividendes jusqu’en janvier 2021

Le siège de la Banque centrale européenne à Francfort-sur-le-Main, Hesse, Allemagne.

Pour continuer à « soutenir l’économie dans cet environnement particulièrement incertain », comme elle l’explique dans un communiqué datant du mardi 28 juillet, la Banque centrale européenne (BCE) recommande aux entreprises de la zone euro de ne pas verser de dividendes ni de racheter d’actions propres jusqu’en janvier 2021.

L’institution prolonge ainsi de trois mois cette consigne initialement émise en mars, « temporaire et exceptionnelle » qui vise à « préserver la capacité des banques d’absorber des pertes » et à affronter la crise sanitaire.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Quand les dividendes de 2019 compromettent la survie des entreprises en 2020 »

Elle a également demandé aux banques d’être « extrêmement modérées » dans le paiement de bonus, « par exemple en réduisant la somme de part variable des salaires », ajoute la BCE. Son responsable de la surveillance du secteur bancaire, l’Italien Andrea Enria, argumente :

« La constitution de réserves robustes de capitaux depuis la dernière crise financière a permis aux banques de continuer à prêter aux entreprises et ménages et il est d’autant plus important d’encourager les banques à utiliser leur capital pour se concentrer sur cette tâche principale de prêter. »

La BCE va réévaluer « au quatrième trimestre » la nécessité de prolonger ou pas ces recommandations.

Résister à la crise, sous conditions

De manière générale, « le secteur bancaire européen peut résister » à la crise mais une détérioration de la situation entraînerait une « diminution significative du capital des banques » nécessitant des « mesures supplémentaires » de la part des Etats, explique la BCE.

Suivant les recommandations de mars, les plus grosses banques de la zone euro ont renoncé à verser 27,5 milliards d’euros de dividendes au titre de l’exercice 2019, selon une étude de la BCE publiée fin mai.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Des banques françaises finissent par consentir au gel des dividendes

Entre mars et mai, l’économie européenne a subi de plein fouet le choc de la pandémie de Covid-19, qui a paralysé la production et bridé la consommation dans de nombreux pays. La BCE, maîtresse de la politique monétaire de la zone euro, a lancé un programme d’urgence sans précédent de 1,35 milliard d’euros pour soutenir l’économie en zone euro.

Concernant les banques, pour garantir leur capacité à soutenir l’économie en prêtant, l’institution basée à Francfort a également allégé temporairement les exigences de capitaux propres et les mesures concernant les prêts à risques.

Le Monde avec AFP


Source link

Laisser un commentaire