Informatique / H-tech

KFC va produire ses prochains nuggets de poulet en impression 3D

Amis de la gastronomie et des bons produits du terroir, ne lisez pas ce qui suit. Le géant du poulet frit KFC travaille sur un projet de fabrication de ses fameux nuggets de poulet en impression 3D.

On connaissait déjà les steaks sans viande de Beyond Meat, ainsi que diverses autres initiatives autour de l’alimentation de synthèse imprimée en 3D, mais il semblerait que KFC veuille pousser le bouchon un peu plus loin et approvisionnant ses restaurants avec de bons nuggets de poulet… sans poulet.

Pour cela, KFC utilise un procédé de fabrication à base de bio-impression 3D. Et étonnamment, ce symbole de la bonne bouffe rapide made in USA (made in Kentucky, plus précisément) s’est allié avec l’ennemi de toujours, en la personne d’une société russe, 3D Bioprinting Solutions. La méthode irait cependant au-delà de la simple tâche de chauffer les ingrédients pour les imprimer sous différentes formes, puisqu’elle fait appel à ce qui semble presque être une sorte d’alchimie consistant à combiner des cellules de poulet et des matières végétales pour reproduire le goût et la texture de la viande de poulet. Alors que la bio-impression 3D fournira la technologie et l’équipement, KFC fournira les ingrédients, en particulier le mélange d’épices top secret qui en a fait une icône (de la malbouffe ?) dans l’industrie de la restauration rapide.

Un procédé de fabrication moins nuisible à l’environnement

Si l’on peut reconnaitre un mérite à cette innovation, c’est celui de la promesse d’un moindre impact sur l’environnement et la vie animale puisque d’une part aucun poulet ne sera maltraité dans cette superproduction, et d’autre part la viande de bœuf promet les mêmes nutriments et micro-éléments que l’original, mais sans les additifs que la viande animale obtient de l’agriculture et de l’élevage traditionnels.

En outre, selon une étude de l’American Environmental Science & Technology Journal mentionnée dans le communiqué de presse KFC, la technologie de culture de la viande à partir de cellules a un impact négatif minimal sur l’environnement, permettant de réduire de plus de moitié la consommation d’énergie, de diviser par 25 les émissions de gaz à effet de serre et d’utiliser 100 fois moins de terres que la production traditionnelle de viande à la ferme.

Selon Yusef Khesuani, co-fondateur et associé directeur de 3D Bioprinting Solutions, « Les technologies de bio-impression 3D, initialement largement reconnues en médecine, gagnent aujourd’hui en popularité dans la production d’aliments tels que la viande. À l’avenir, le développement rapide de ces technologies nous permettra de rendre les produits carnés imprimés en 3D plus accessibles et nous espérons que la technologie créée grâce à notre coopération avec KFC contribuera à accélérer le lancement sur le marché des produits carnés à base de cellules ».

Accessoirement, on imagine que KFC réalisera de substantielles économies avec ce processus, surtout si les nuggets peuvent être fabriqués sur place dans les restaurants, à la demande, même si cette hypothèse n’est pas évoquée pour le moment.

Il ne s’agit pas de science-fiction ni d’une sorte de projet fumeux pour faire du buzz puisque le produit final devrait être prêt cet automne, et que les clients des KFC de Moscou seront les premiers chanceux à déguster ce qui promet d’être un nouveau grand moment de pure gastronomie.


Source link

Laisser un commentaire