autres Buzz Lifestyle

Ibrahim Njoya, le roi africain qui a créé son propre système d’écriture qui a été détruit par les Français

Le roi Ibrahim Njoya a été, entre les années 1860 et 1933, le 17e souverain de Bamoum, un grand groupe ethnique situé dans ce qui est aujourd’hui l’ouest du Cameroun.

Avant son règne à la fin du 19ème siècle, l’histoire du peuple Bamoum était principalement préservée par transmission orale d’une génération à l’autre.

De peur que des faits historiques importants des Bamoums ne soient effacés ou corrompus, Ibrahim Njoya a introduit un alphabet qui pouvait être utilisé pour écrire l’histoire de son peuple.

Son alphabet a commencé par des pictogrammes et des idéogrammes, mais ceux-ci ont ensuite pris la forme d’environ 70 caractères qui ont été fusionnés à partir des écritures arabe et vaï.

En fin de compte, l’alphabet A-ka-u-ku a été introduit et il a depuis préservé les riches traditions des Bamoum mieux que les récits oraux précédents.

Le roi Njoya, dans le cadre des mesures visant à assurer l’adoption généralisée de la langue écrite, a créé des écoles et a ordonné que la langue soit utilisée pour enseigner. Il a en outre ordonné à au gouvernement d’utiliser cette langue dans ses services.

Le roi Bamoum a été félicité dans les livres d’histoire non seulement pour son système d’écriture, mais aussi pour son génie et les choses qu’il a inventées, notamment un moulin à maïs.

D’après les récits, il était affable et se rendait disponible pour son peuple, il était toujours à l’écoute de leurs problèmes.

Pendant cette même période, Ibrahim Njoya est entré en contact avec les colonisateurs allemands et français.

Il était cependant ami avec les Allemands, mais après la Première Guerre mondiale, les Français ont pris le contrôle des territoires allemands et ont ensuite pris le contrôle du Cameroun.

Les Français, qui se sentaient menacés par les réalisations du roi Njoya, ont interdit l’utilisation de son système d’écriture et ont détruit son imprimerie, ses bibliothèques et plusieurs livres qu’il avait écrits. Il est ensuite envoyé en exil en 1931 dans la capitale Yaoundé où il meurt en 1933.

Foumban, la capitale de son royaume a également été pillée par les Français, mais elle est toujours présente aujourd’hui avec le sultan actuel, Ibrahim Mbombo Njoya, le petit-fils du roi Njoya, qui y joue un rôle cérémonial.

Le système d’écriture du roi Njoya, l’A-ka-u-ku, est à nouveau utilisé dans les écoles à Foumban.

Crédit photo : flickr




Source link

Laisser un commentaire