Gabon

Homosexualité : Les Gabonais intolérants selon Afrobaromètre | Gabonreview.com

Selon une récente enquête d’Afrobaromètre, les Gabonais acceptent largement les différences d’ethnie, de religion, de nationalité, et d’avis politiques mais restent intolérants envers les personnes homosexuelles. L’enquête qui a été rendue publique en cette période de dépénalisation de l’homosexualité dans le pays, devrait aider, estime le réseau, les autorités à mieux ajuster leurs décisions.

Selon Afrobaromètre, les Gabonais ne tolèrent pas l’homosexualité. © lemonde.fr

Les Gabonais tolèrent-ils l’homosexualité ? Une récente enquête de l’Afrobaromètre répond par la négative. Selon les résultats de cette enquête qui a été réalisée sur un échantillon de 1 200 adultes gabonais en février 2020, «la tolérance sociale des Gabonais exclut l’orientation sexuelle différente». Cette enquête révèle que les Gabonais acceptent largement les différences d’ethnie, de religion, de nationalité et d’avis politiques, mais restent intolérants envers les personnes homosexuelles.

«Par des grandes majorités, les Gabonais aimeraient ou ne voient pas d’inconvénient d’avoir comme voisins des personnes appartenant à d’autres groupes ethniques ou religieux, des immigrés ou travailleurs étrangers, et des personnes qui supportent d’autres partis politiques. Par contre, les homosexuels sont fortement récusés», note le réseau panafricain d’études et de recherche par sondage produisant des données jugées, fiables sur les expériences et appréciations des Africains relatives à la qualité de vie, à la gouvernance, et à la démocratie.

82% des Gabonais n’aimeraient pas avoir un voisin homosexuel

Enquête Afrobarometre @Capture/Gabonreview

Lors de la dernière session parlementaire, rappelle le réseau dont l’équipe gabonaise est conduite par le Centre d’études et de recherche en géosciences politiques et prospective (Cergep), les deux chambres du Parlement gabonais ont approuvé la modification du Code pénal promulgué en juillet 2019 et qui a abouti au retrait d’un alinéa de l’article concernant la pénalisation de l’homosexualité. «Ce vote a suscité de vives polémiques au sein de l’opinion publique, posant ainsi le débat sur la question de la tolérance des populations à l’égard des différences sociales», souligne à juste titre le réseau qui a rendu les résultats de son enquête sur cette question ce 30 juillet par visioconférence.

Cette enquête révèle que 97% de Gabonais aimeraient avoir comme voisin, ou pensent que c’est sans importance d’avoir comme voisin, des personnes d’un autre groupe ethnique : 95% partagent les mêmes avis pour des personnes de religion différente ; 88% pour des supporteurs d’un parti politique ; 86% concernant les immigrés ou travailleurs étrangers. Mais moins de 2 répondants sur 10, soit 18%, accueilleraient des personnes homosexuelles. Pour ainsi dire, 82% de Gabonais, selon Afrobaromètre, sont contre l’homosexualité, 11% jugent la question sans importance tandis que 7% pourraient tolérer cette orientation sexuelle.

L’intolérance envers les homosexuels montre l’enquête, est un peu moins importante chez les jeunes de 18-25 ans (77%) que chez leurs ainés dont 80% pour les 26-35 ans, 86% pour les 36-45 ans, 89% pour les 46-55 ans, 91% pour les 56-65 ans et 88% pour les plus de 65 ans. Sur 17 pays d’Afrique, du Cap-Vert (18%) au Malawi (94%), le Gabon, avec 82% d’intolérance, est le 9e pays où les habitants refuseraient d’avoir un voisin homosexuel. «Parmi 17 pays africains enquêtés par Afrobarometer en 2019/2020, le Gabon se place vers la moyenne (75%) en termes de niveau d’intolérance à l’égard des homosexuels», indique le réseau.


Source link

Laisser un commentaire