Informatique / H-tech

Google Play bannit un jeu anti-fasciste pour des références aux nazis


Attentat 1942, une sorte de visual novel historiquement précis qui raconte l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale à travers des témoignages de survivants, a vu son portage mobile banni du Google Play Store. La raison invoquée : les références aux “nazis“.

© Charles Games

Google a récemment bloqué l’arrivée sur son Play Store du portage Android d’Attentat 1942 en Allemagne, France, Autriche et Russie. Ce jeu sur l’occupation de la Tchécoslovaquie par les nazis a été refusé une première fois le 7 juillet, sous prétexte qu’il contenait du “contenu interdit” dans ces régions, à savoir des “références aux Nazis”. Évidemment, le développeur Charles Games a fait appel de cette décision mais sans succès : quelques jours plus tard, le studio recevait un second e-mail de Google, avec le même verdict.

Si cette décision paraît surprenante, c’est qu’il ne s’agit en aucun cas d’un jeu faisant l’apologie de l’idéologie nazie. Bien au contraire, puisque ce jeu paru sur Steam à l’automne 2017  est une sorte de roman visuel anti-fasciste qui se veut très précis sur ses fondements historiques, puisqu’il a été réalisé en partenariat avec des chercheurs de l’Académie Tchèque des Sciences, particulièrement légitime sur cette thématique. L’équipe à l’origine du jeu regrette bien évidemment cette décision, qu’elle a tenu à contester.

Nous admettons que les plateformes doivent gérer le contenu haineux. Mais si les assesseurs avaient pris la peine de regarder Attentat 1942 de plus près, ne serait-ce qu’un instant, ils se seraient rendu compte qu’il ne s’agit pas de cela. Attentat 1942 est fermement anti-fasciste”, explique ainsi le studio sur Twitter, avant de renchérir : “Nous croyons fermement que le jeu vidéo est un art et peut devenir une composante importante du débat public. Si nous bannissons tout ce qui comporte des mot-clés sujets à controverse sans aucune distinction, tout le monde est perdant. Nous espérons que Google finira par revenir sur sa décision, et qu’Attentat 1942 sera finalement approuvé. Nous voulons garder l’Histoire vivante, et vu la taille de l’audience sur mobile, cela serait dommage de les perdre

Les nazis et le jeu vidéo, une relation compliquée

Il faut cependant noter qu’Attentat 1942 n’est pas le premier jeu vidéo à faire les frais de sa thématique difficile. L’Allemagne en particulier avait posé une véritable chape de plomb sur la question avec l’interdiction pure et simple des symboles nazis dans les jeux vidéos par l’USK, une autorité de régulation nationale. Dans certains jeux, comme Call of Duty : WWII ou surtout Wolfenstein II : The New Colossus, des symboles comme les croix gammées ou la moustache de Hitler avaient ainsi été censurés.

Depuis, cette décision a été abrogée en 2018, et les développeurs peuvent passer des accords au cas par cas quand l’affichage de ces symboles est jugé “socialement approprié”, comme par exemple dans une œuvre à valeur historique. Si la sortie PC d’Attentat 1942 n’avait pas souffert de cette directive, et que leur version mobile a également passé le cap de l’autorisation par l’USK, il semblerait cependant que Google ne l’entende pas de cette oreille : pas de cas par cas pour la firme de Mountain View, mais un bannissement pur et simple à cause de la présence d’un terme certes sensible, mais historiquement important. Reste donc à voir si Google tiendra compte des réactions générées par cette affaire, et finira par accepter de déployer ce jeu d’utilité publique. Le contraire serait dommage dans la mesure où il a été écrit et produit par des historiens professionnels, et qu’il a été récompensé de plusieurs prix pour ses qualités éducatives, et d’un prix de l’excellence narrative au Independant Games Festival de 2018.

                    </div><script async src="//platform.twitter.com/widgets.js" charset="utf-8"></script>

Source link

Laisser un commentaire