Cameroun

Enora Malagré : de quelle maladie est atteinte la comédienne ?

Depuis son départ, en mai 2017, de Touche pas à mon poste, Énora Malagré se fait plus discrète à la télévision même si elle appartenait, la saison dernière, à l’équipe de chroniqueurs de De quoi j’me mêle sur C8. Mais, en quittant partiellement la télévision, celle qui fête son 40e anniversaire, ce lundi 20 juillet 2020, avait deux objectifs : se lancer sur les planches de théâtre et faire parler de la maladie qui la ronge depuis plusieurs années. Objectifs remplis puisque ses débuts sur scène ont été salués par la critique et qu’elle est devenue une des porte-paroles de la lutte contre l’endométriose.

Cette maladie, encore méconnue, se caractérise par des nodules ou des kystes qui se forment, la plupart du temps, dans l’utérus, mais aussi dans la vessie, les poumons ou les jambes. A l’heure actuelle, aucun traitement n’existe contre l’endométriose qui provoque des douleurs insupportables chez les femmes qui y sont atteintes. Il s’agit également de la première cause d’infertilité chez les femmes. « Je peux tomber enceinte, mais le fœtus ne peut pas survivre dans mon utérus », expliquait Énora Malagré, en 2019, dans un entretien accordé à Elle à l’occasion de la sortie de son livre, Un cri du ventre (aux éditions Leduc).

Énora Malagré : « Je commence à faire le deuil de la grossesse »

La Bretonne profitait également de cette interview pour expliquer ce qu’elle endurait depuis plusieurs années à cause de l’endométriose : « Moi, j’ai mal vingt jours par mois. J’ai mal aux jambes, dans la vessie, au ventre, ça me fait comme des lames de couteau qui me rentrent dans les reins, je manque d’air, je transpire, je suffoque ». À 40 ans, Énora Malagré n’abandonne pas l’idée de devenir maman, même si, la maladie étant toujours présente, il faudra, sans doute, passer par l’adoption. « J’en suis à un tel stade de détresse que je me demande si je ne vais pas me faire retirer l’utérus pour éviter de tomber enceinte à nouveau. Ce qui m’éviterait d’être confrontée à cette douleur physique et surtout psychologique. Je commence à faire le deuil de la grossesse mais j’ai toujours la volonté d’avoir des enfants. Et je me dirige peut-être vers le chemin de l’adoption. Je serai maman un jour, j’en suis certaine », expliquait-elle.

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités


Source link

Laisser un commentaire