Cameroun

Détournement : René Sadi crucifie Malachie Manaouda (guerre des éléphants)

Des squelettes sortent du placard dans la maison hantée d'Étoudi

A quelques heures d’un éventuel remaniement ministériel, le ministre de la communication Emmanuel René Sadi ne souhaite pas figurer sur la liste des membres de l’exécutif accusés de détournement de deniers publics. C’est la raison pour laquelle le ministre a pris très au sérieux les accusations du journaliste Sismondi Barlev BIDJOCKA en l’invitant à son bureau pour lui remonter les bretelles avant de le confier aux forces de l’ordre pour exploitation. L’entretien houleux entre le ministre et le journaliste laisse filtrer la tension entre les membres du gouvernement dans la gestion du fonds de solidarité Covid-19.

La solidarité gouvernementale a volé en éclat dans l’affaire de détournement qui éclabousse le ministre de la santé Manaouda Malachie et plusieurs ministres camerounais dont René Sadi accusé d’avoir perçu au moins 8 milliards de francs CFA. Comme une chorale, la presse camerounaise a repris en chœur parfois mot pour mot le démenti du ministre Sadi sans le moindre recoupement trainant dans la boue leur confrère Sismondi Barlev BIDJOCKA .
Et pourtant les démentis diffusés en boucle sur les réseaux sociaux confirment la guerre ouverte entre le ministre de santé et son confrère de la communication. René Sadi est convaincu qu’il fait objet d’une tentative de déstabilisation orchestrée par Malachie Manaouda et il ne le cache pas.
« Des sources au coeur du sérail indiquent que BIDJOCKA a reçu une lourde enveloppe financière pour tenter de sauver le Ministre de la Santé Publique, qui, depuis de longues semaines, n’arrive pas véritablement à convaincre l’espace médiatique et l’opinion en général, sur les différents aspects concernant la gestion de la pandémie du coronnavirus, particulièrement, en ce qui concerne la répartition des dons reçus, la gestion des ressources financières et de façon globale les différents questionnements sur sa gouvernance sur toutes les opérations liées à la gestion de la Covid-19 au Cameroun », a déclaré Patrick Tchouwa, le président du Syndicat des Journalistes et Auxiliaires du Cameroun (SYJAC) dans sa tentative de blanchir le ministre de la communication.

Comme pour noyer à son tour le ministre de la santé, Patrick Tcouwa, visiblement en mission pour le compte de Réné Sadi pense avoir trouver l’origine des informations qui mette à mal son chef. « M. BIDJOCKA a dit qu’il avait reçu les documents du haut responsable du pays chargé de la gestion de la COVID-19, et qu’il ne donne pas le nom. », précise-t-il.
Bidjocka avait lui-même évoqué la tension entre Réné Sadi et Manaouda Malachie dans son « éditorial » du 04 aout 2020.

« Ils me trainent à la DGSN, où ils essayent de me faire dire que c’est Malaouda qui m’a donné les informations. Peu importe qui m’a donné, c’est vrai ou faux ? il répond faux. Ce à quoi je demande de me laisser aller vers ma source pour leur apporter les dernières informations que j’aurai dû déjà avoir de ma source s’ils ne m’avaient pas enlevé et séquestré avec deux petits enfants d’un an et demi et trois ans DONT L’UN GRAVEMENT MALADE dans les sinistres bureaux de la DGSN de 17h à 22h00 », expliquait-il.
Le commissaire de police de Bafia crucifie le ministre de la santé

La sérénité affichée par le ministre de la santé Malachie Manaouda face aux accusations de détournement qui pèsent contre lui prend un coup avec les révélations du journal Le Zentih. Dans sa parution du lundi 03 aout 2020, le confrère annonce l’arrestation par le commissaire de Bafia de plusieurs auteurs de détournements des fonds destinés à la lutte contre le Coronavirus au Cameroun. Ces faussaires auraient selon le journal agit en intelligence avec le ministre de la santé.

« Certains responsables auraient détourné des fonds destinés à la lutte contre cette pandémie de mèche avec Dr Malachie Manaouda, toute chose qui a débouché sur la mise aux arrêts de Didier Afana et de six de ses collaborateurs », indique le Zenith qui indique le ministre n’est pas aussi blanc comme il prétend l’être.

Manaouda Malachie aurait octroyé plusieurs marchés à son épouse dans la gestion de la pandémie du Coronavirus au Cameroun.

« Il est évoqué également l’octroi de grands marchés à l’épouse du ministre propriétaire de nombreux établissements », renchérit le journal.
Au moins 21 milliards de francs CFA ont été dépensés depuis le début de la pandémie au Cameroun. Le ministre Manaouda et plusieurs autorités du pays sont accusés d’avoir détourné une bonne partie des fonds susmentionnés. Ces accusations ont valu hier au journaliste Sismondi Barlev BIDJOCKA, une humiliante arrestation. Son bourreau, le ministre Réné Sadi n’a pas aimé le fait que son nom soit cité dans cette rocambolesque affaire.

« Un vaste remaniement ministériel approche, et certains sont frileux à l’idée de ne plus en faire partie même après quatre décennies aux affaires. Alors, ils font feux de tout bois, et paniquent à la moindre vapeur d’eau.
Je répète peu importe ce que chacun a eu dans ces fonds de solidarité, nous allons le savoir, et le dire. Le temps de l’intimidation à deux balles est passé, terminé ; nous sommes, désormais en république, et ceux qui sont assez vieux pour ne pas s’adapter n’ont qu’à quitter le train, parce que ce pays doit avancer avec ou sans vous. » », précise le journaliste.

Source : Camerounweb.com

Laisser un commentaire