Cameroun

Détournement : le commissaire de police de Bafia crucifie le ministre de la santé

Le RDPC reste donc objectivement le parti qui gardera le plus longtemps possible le pouvoir

La sérénité affichée par le ministre de la santé Malachie Manaouda face aux accusations de détournement qui pèsent contre lui prend un coup avec les révélations du journal Le Zentih. Dans sa parution du lundi 03 aout 2020, le confrère annonce l’arrestation par le commissaire de Bafia de plusieurs auteurs de détournements des fonds destinés à la lutte contre le Coronavirus au Cameroun. Ces faussaires auraient selon le journal agit en intelligence avec le ministre de la santé.

Participez au sondage

« Certains responsables auraient détourné des fonds destinés à la lutte contre cette pandémie de mèche avec Dr Malachie Manaouda, toute chose qui a débouché sur la mise aux arrêts de Didier Afana et de six de ses collaborateurs », indique le Zenith qui indique le ministre n’est pas aussi blanc comme il prétend l’être.

Manaouda Malachie aurait octroyé plusieurs marchés à son épouse dans la gestion de la pandémie du Coronavirus au Cameroun.

« Il est évoqué également l’octroi de grands marchés à l’épouse du ministre propriétaire de nombreux établissements », renchérit le journal.
Au moins 21 milliards de francs CFA ont été dépensés depuis le début de la pandémie au Cameroun. Le ministre Manaouda et plusieurs autorités du pays sont accusés d’avoir détourné une bonne partie des fonds susmentionnés. Ces accusations ont valu hier au journaliste Sismondi Barlev BIDJOCKA, une humiliante arrestation. Son bourreau, le ministre Réné Sadi n’a pas aimé le fait que son nom soit cité dans cette rocambolesque affaire.

« Un vaste remaniement ministériel approche, et certains sont frileux à l’idée de ne plus en faire partie même après quatre décennies aux affaires. Alors, ils font feux de tout bois, et paniquent à la moindre vapeur d’eau.
Je répète peu importe ce que chacun a eu dans ces fonds de solidarité, nous allons le savoir, et le dire. Le temps de l’intimidation à deux balles est passé, terminé ; nous sommes, désormais en république, et ceux qui sont assez vieux pour ne pas s’adapter n’ont qu’à quitter le train, parce que ce pays doit avancer avec ou sans vous. » », précise le journaliste.

Source : Camerounweb.com

Laisser un commentaire