Gabon

Dérives sur les réseaux sociaux en milieu scolaire : De lourdes sanctions en perspective | Gabonreview.com

La fin de la semaine dernière a été mouvementée au Gabon avec la diffusion des vidéos mettant en scène des élèves de plusieurs établissements scolaires de Libreville faisant du Twerk dance et montrant leurs seins nus. Un buzz qui n’a visiblement pas plu, puisque le ministère de l’Éducation nationale exige des Conseils de discipline pour «statuer sur les sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion temporaire ou définitive».

Des élèves, en tenue, faisant du Twerk. © Gabonreview/Capture

 

Le vendredi 22 janvier dernier, la toile gabonaise a vibré au rythme des vidéos obscènes de jeunes gens des établissements bien connus de la capitale gabonaise. On y voit filles et  garçons, en tenue de classe, faire du Twerk dance, tandis que d’autres demoiselles montrent carrément leurs seins nus. Ce qui n’a pas manqué de «choquer» et d’interpeller aussi bien les internautes que les responsables du ministère de l’Éducation nationale.

Réagissant à «ces vidéos réalisées par des élèves et présentant des scènes obscènes», diffusées sur les réseaux sociaux, le département de l’Éducation nationale fait savoir que «ces initiatives heurtent frontalement la morale de nos traditions, us et coutumes héritées de notre patrimoine culturel».

Dans ce contexte de «stupeur» et de «consternation», il invite les chefs d’établissement dont les élèves sont concernés par ces vidéos «à appliquer, sans délais, les mesures disciplinaires qui s’imposent». Dès ce lundi 25 Janvier 2021, le ministère, qui demande que des dispositions soient prises pour la convocation des Conseils de discipline devant statuer sur les sanctions pouvant aller jusqu’à l’exclusion temporaire ou définitive, en appelle à la responsabilité des chefs d’Établissement, des élèves, des parents d’élèves et de toute la communauté éducative. «Le respect des bonnes mœurs et le sens de la dignité doivent être absolument préservés dans nos lycées et collèges dont la mission inclut la transmission des valeurs fondamentales de notre société», précise le ministère de l’Éducation.

A la suite de cette communication gouvernementale, le syndicaliste Marcel Libama indique sur sa page Facebook que «les proviseurs ont besoin des surveillants, en nombre et en qualité, pour veiller à la discipline». Pour lui, «les Conseils de discipline sont une fausse réponse à un vrai problème de société». «Le ministre fait semblant d’être surpris. C’est un phénomène bien connu de tous», a-t-il fait remarquer, ajoutant que «c’est sur le terrain de l’enseignement des valeurs culturelles gabonaises qu’on attend le ministre pas sur les conseils de discipline».

Marcel Libama, qui préconise l’enseignement des valeurs culturelles nationales dès la classe de la maternelle, indique également que les premiers responsables de ces dérives des enfants sont les adultes. «La jeunesse est abandonnée à elle-même et voilà le résultat», a-t-il écrit.

Par ailleurs, depuis le 25 janvier, une rumeur circulant sur les médias sociaux fait état de la mort de l’une des filles ayant exhibé ses seins. Toutefois, l’information n’est confirmée par aucune source officielle.


Source link

Laisser un commentaire