Europe France

Dans l’Extrême-Orient russe, l’arrestation d’un gouverneur provoque des manifestations massives

Des manifestants brandissent des portraits de Sergueï Furgal, à Khabarovsk, samedi 11 juillet.

La fermeture de la place Lénine, pour une opportune « désinfection », n’a pas découragé la foule de se réunir dans le centre de Khabarovsk, dès les premières heures de samedi 11 juillet. Une foule massive, pour la manifestation la plus importante de ces trente dernières années dans cette ville de 600 000 habitants de l’Extrême-Orient russe. La presse locale évoquera jusqu’à 40 000 personnes ; la police, 12 000. Ce à quoi s’ajoutent quelques milliers de personnes dans les villes de moindre importance du kraï de Khabarovsk, coincé entre la Chine et l’océan Pacifique : Komsomolk-sur-l’Amour, Bikin, Amoursk…

La démonstration de force est impressionnante, les slogans fusent : « Liberté pour Sergueï Fourgal ! » Le gouverneur de la région a été arrêté deux jours plus tôt, accusé de meurtres remontant au début des années 2000. Immédiatement transféré à Moscou, à 7 000 km de là, il a été placé en détention provisoire. C’est en soutien à cet homme politique que les habitants de Khabarovsk déambulent durant des heures dans les rues du centre. Mais, rapidement, d’autres slogans circulent de bouche en bouche avant d’être repris par la foule : « Liberté », « Moscou rentre chez toi », « Poutine, démission »

« Le centre rappelle qui est le chef »

Il s’agit de la manifestation la plus importante de ces trente dernières années à Khabarovsk, une ville de 600000 habitants.

La mobilisation est massive, comparable par son ampleur à celle survenue à l’été 2019 à Moscou en faveur d’élections justes. Difficile pour le pouvoir, ici, de balayer la grogne comme un caprice de la jeunesse éduquée de la capitale… Et la popularité de M. Fourgal, décrit par les habitants comme un gouverneur efficace et ouvert au dialogue, ne suffit pas à l’expliquer.

Cet homme de 50 ans est l’un des rares dirigeants régionaux disposant d’un poids politique propre : député depuis 2007 du parti nationaliste LDPR, il a remporté l’élection au poste de gouverneur en 2018, en battant le candidat du parti au pouvoir. Tout comme les communistes, le parti LDPR (Parti libéral-démocrate) est loyal au Kremlin, à Moscou, mais peut au niveau local jouer son rôle de force d’opposition.

Avant d’entrer en politique, M. Fourgal fut médecin, et homme d’affaires, notamment dans le commerce du bois et du métal avec la Chine. Mais, avec une justice intégralement aux ordres, difficile de juger de la crédibilité des charges avancées, comme dans les nombreuses poursuites engagées ces dernières années contre des hauts fonctionnaires ou des élus.

Il vous reste 59.74% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.


Source link

Laisser un commentaire