Gabon

Changement de Premier ministre en France : Un prsident jupitrien


La nomination de Jean Castex apparat comme une transgression, une personnalit sans pass politique succdant une personnalit sans tiquette politique.Finalement, le prsident jupitrien nest pas celui qui prend de la hauteur, du recul, qui fixe le cap Cest plutt un prsident omnipotent, imprieux, la limite despotique. Voulant garder la haute main sur tout, cherchant demeurer matre des horloges, Emmanuel Macron a nomm Jean Castex au poste de premier ministre. Ce parfait inconnu, novice en politique, remplace Edouard Philippe, un transhumant pass par Les Rpublicains et la gauche rocardienne. Avec une certaine dsinvolture, le prsident franais brouille tous les repres de la V Rpublique. Domine par La Rpublique en marche (LREM), la majorit parlementaire aura dsormais pour chef un haut fonctionnaire. Au pays de Michel Debr, un administratif partagera le pouvoir excutif avec la clef de vote des institutions. Au pays de Jacques Chaban-Delmas, une personnalit sans colonne vertbrale idologique, revendiquant comme tat de service la production dun plan technocratique, pilotera linitiative lgislative.

Lecture prsidentialiste

Concerns au premier chef, les parlementaires LREM ne sont pas les seuls devoir y mditer. Une Constitution cest un esprit, des institutions, une pratique, disait Charles De Gaulle. Le choix du nouveau locataire de Matignon est-il conforme lesprit des institutions franaises ? Sinscrit-il dans la tradition politique ? Voire Une personnalit sans pass politique tait-elle indique pour remplacer une autre, sans tiquette politique ? Si la nomination dEdouard Philippe relevait de linsolite, celle de Jean Castex apparat comme une transgression. Par cet enchanement, Emmanuel Macron acte laffaiblissement continue du Premier ministre, tout en accrditant lide dune prsidentialisation de fait. Sans sen rendre compte, il apporte de leau au moulin des tenants dun changement de rgime.

Sil na jamais mis le vu de modifier les rapports entre lexcutif et le lgislatif, le prsident franais droute par sa lecture prsidentialiste. Incapable de sadapter aux subtilits du jeu politico-institutionnel de son pays, il brille par une pratique politique hrtique. Par ses choix successifs, il atteste dune chose : il ne cerne ni la nature du rgime ni la place du Premier ministre dans le dispositif institutionnel de son pays. Certes, la nomination du Premier ministre relve de ses comptences exclusives. Certes, quand la majorit prsidentielle concide avec la majorit parlementaire, la Constitution lui laisse une libert de choix totale. Mais, il ne peut saffranchir de lesprit des institutions. Pour un fonctionnement harmonieux de lEtat, il doit se faire une ide prcise du rle et des responsabilits de chacun. Il doit tout autant tenir compte de la pratique politique.

Remdier un dfaut de fabrication

Pour ainsi dire, le prsident de la Rpublique franaise ne peut faire comme bon lui semble, au risque dbranler ldifice institutionnel. Par cohrence idologique, par adhsion au rle tribunitien des partis politiques, il doit accorder la priorit aux membres de sa formation politique. Par respect pour la majorit parlementaire, par dfrence au suffrage universel, il doit privilgier les lus. Depuis 1958, la plupart des premiers ministres avaient des parcours politiques faire valoir. Sils ntaient pas toujours des lus ou des personnalits politiques de premier plan, aucun deux ne sortait tout droit de la haute administration. En choisissant un technocrate, Emmanuel Macron laisse le sentiment de considrer lhte de Matignon non pas comme un partenaire politique ou un complment institutionnel mais comme un collaborateur, selon la malheureuse formule de Nicolas Sarkozy. Dj, certains se demandent si, dans les faits, Jean Castex ne sera pas un super directeur de cabinet.

Pour les institutions, les partis politiques ou les lus franais, ce choix doit rsonner tel le tocsin. Sur les pouvoirs du prsident de la Rpublique, comme sur la place du Premier ministre ou les relations entre les deux ttes de lexcutif et le lgislatif, tant de prcisions restent apporter. En 2007, le Comit de rflexion et de proposition sur la modernisation et le rquilibrage des institutions de la V Rpublique avait, sous la prsidence dEdouard Balladur, propos la suppression du poste de Premier ministre et linstauration dun rgime prsidentiel. Lors de la prsidentielle de 2012, les Verts et le Front de gauche avaient suggr une rduction des pouvoirs du prsident de la Rpublique au profit du Premier ministre, plaidant ainsi pour un retour au parlementarisme moniste. Dans lun ou lautre cas, il tait question de remdier un dfaut de fabrication, une ambigut lie la nature du rgime et renforce par linstauration du quinquennat cumul linversion du calendrier lectoral. Au vu des dernires volutions, la France gagnerait trancher cette question.




Source link

Laisser un commentaire