Cameroun

Cameroun : une dizaine de conducteurs de moto-taxis portés disparus à Douala

Il appelle les Camerounais à l'unité

Parmi les personnes recherchées, figure un nommé Jonas Yimeleu. Son épouse en larme est à sa recherche depuis sa disparition
.
08 conducteurs de mototaxis ont été kidnappés dans la ville de Douala vendredi dernier aux environs de 17h. C’est qui ressort d’une vidéo qui circule depuis ce dimanche 13 septembre 2020 sur les réseaux sociaux.

Dans ce cliché, d’après les déclarations d’un mototaximan, des personnes non identifiées sont arrivées à bord d’un véhicule non immatriculé et ont kidnappé leurs collègues. La scène s’est déroulée en fin de semaine dernière, apprend-on. Au moment des faits, les conducteurs de mototaxis se trouvaient devant un kiosque de vente de journaux en train de lire et commenter les parutions du jour.

Le cri de détresse

Parmi les personnes enlevées, figure un nommé Jonas Yimeleu. Son épouse en larme est à sa recherche depuis sa disparition. « Mon mari est sorti de la maison, il est sorti de la maison à 9h comme d’habitude. Jusqu’à présent il n’est pas rentré. J’ai parcouru tous les postes de police, les gendarmeries, tout, je ne le vois pas. Je ne sais pas où il se trouve. Aidez-moi s’il vous plaît… J’ai laissé les enfants à la maison », lance dans un ton larmoyant l’épouse du porté-disparu.

Selon cette dame, c’est « depuis 6h que nous sommes dehors. On a parcouru tous les commissariats de Douala on dit qu’il n’est pas là… Moi je suis dépassée ». Dans un ton revanchard, les collègues de ces conducteurs enlevés fustigent cet acte. Selon eux, c’est une grave atteinte à la liberté d’expression.

Des manifestations prévues

Au-delà de ce triste constat, ils envoient un message fort aux autorités camerounaises selon lequel ils prendront part aux manifestations pacifiques du 22 septembre 2020. Lesquelles ont été lancées par l’opposant Maurice Kamto. « Ce n’est pas de cette façon-là qu’on va faire pour nous intimider. Nous sommes avec le peuple et nous sommes avec tous ceux qui veulent le changement dans ce pays. Le 22, même si on nous arrête nous tous, ceux qui seront dehors vont sortir. En attendant nous voulons d’abord la libération de nos camarades », ont-ils déclaré d’une seule voix.

Source : Camerounweb.com

Laisser un commentaire