Cameroun

Cameroun : Paul Atanga Nji ordonne aux déplacés internes de retourner au NOSO

Ils sont renvoyés en jugement pour des présomptions de détournements

Selon les chiffres du MINAT, près de 10 000 familles ont déjà regagné les deux régions.
Au sujet de la crise au Nord-Ouest et au Sud-Ouest, les deux régions anglophones du Cameroun, en proie à une guerre sanglante d’indépendance depuis quatre ans, la communication du gouvernement, depuis peu, incite au retour des déplacés internes.

Le 20 août 2020, en recevant des chefs traditionnels des deux régions, ayant été contraints d’abandonner leurs localités, le ministre de l’Administration Territoriale (MINAT) les avait encouragés à rentrer à la maison.

Le message a été réitéré par Paul Atanga Nji le 29 août, en marge d’une cérémonie de remise de dons du Plan d’assistance humanitaire d’urgence à 200 personnes déplacées de ladite crise et ayant trouvé refuge à Ebebda, une localité située dans le département de la Lekié, région du Centre.

«Comme la paix revient progressivement dans les deux régions, nous demandons aux déplacés internes de rentrer parce qu’il y a un plan présidentiel pour la reconstruction des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Chacun doit y participer. Voilà pourquoi nous disons à tout le monde de rentrer. Nous l’avons déjà demandé aux chefs traditionnels», a-t-il déclaré.

Le MINAT affirme que c’est un appel qui est de plus en plus entendu par les déplacés. «Nous avons déjà encadré 9850 familles, qui sont déjà de retour. Quand vous mettez votre nom sur notre liste, on vous assure un encadrement», a précisé le ministre.

Les assurances du ministre de l’Administration Territoriale interviennent alors que sur le terrain, la situation paraît encore volatile. Ces dernières semaines, on a même assisté à une escalade de la violence, avec des assassinats barbares de civils par des éléments des bandes armées.

Selon les ONG, la crise en zone anglophone a déjà fait plus de 3000 morts et quelques 700 000 déplacés. Le gouvernement pour sa part, parle de 152 000 personnes ayant fui leurs maisons.

Source : Camerounweb.com

Laisser un commentaire