Cameroun

Bafousam :copieusement bastonné par un civil, il se venge avec sa grenade

Autopsie d’une boucherie managériale

La scène s’est déroulée à Bafoussam, quartier Banengo. Un militaire nommé Ngamaleu Rodrigue en est venu aux mains avec le civil Takeu Alexandre, pour des raisons que notre source ne nous a pas révélées. Le militaire serait copieusement molesté par son adversaire à l’issue de l’humiliant combat. Pour prendre sa revanche, il serait revenu au domicile du civil pour y lancer une grenade comme le montre les images.

“Hier mercredi 19 Août 2020, le sommeil des populations du quartier Banengo ville B à Bafoussam va être perturbé par une forte explosion. Ce domicile situé en contre bas de l’école EBC de Banengo a été la cible d’une attaque à la grenade alors que le patron des lieux qui occupe un appartement dans ce domicile familial, Alexandre Legrand TANKEU était en déplacement. La dame, la maman et ses enfants sont ceux qui auraient pu être les victimes de cette attaque qui frise une vengeance. Selon les témoignages recueillis sur place, Alexandre aurait eu une altercation avec un militaire qui vit non loin dudit domicile. Une suspicion est portée sur le militaire qui serait revenu d’une mission dans le NoSo. Alertés, les FMO, le commissariat du 4e arrondissement et certains commandants de la hiérarchie de la gendarmerie sont descendus sur les lieux. Une enquête aurait été ouverte afin de déterminer la provenance de cet engin”, précise une source à Tgv de l’Info.
legende“/>

Les scandales des militaires deviennent répétitifs au Cameroun.

Un gendarme a été humilié par son patron pour faire plaisir à une de ses nouvelles conquêtes. C’est le lanceur d’alertes, Boris Bertolt qui vient de partager l’information sur sa page Facebook. Ce dernier partage ainsi les confessions que lui aurait faite un des gendarmes témoin des faits.

‘Une gendarmette (fille Gendarme) de grade 1 V blanc) du nom de Mlle LOSSOU HAOUA DORETHE, contingent 2017 travaille au secrétariat du colegion sud-ouest durigé par le colonel Tchinda. Elle occupait une chambre dans le camp de la gendarmerie à côté de l’hôpital régional de Buea. Célibataire sans enfant, elle vit seule.

Le Gendarme Major Mbarga, régulièrement affecté au bureau transmission de données quand à lui occupait un studio dans un ancien logement colonial derrière la sous préfecture de Buea. Ce bâtiment est aussi occupé par d’autres gendarmes détachés ou affectés et même quelques étudiants de l’école des travaux publics y réside.

Alors que le GM Mbarga vit dans ce studio avec ses quatre enfants, je dis bien quatre enfants donc deux jumeaux âgés de 14 ans, ainsi que sa femme, il est surpris dans la nuit du dimanche 02 /08/2020 aux environs de 23h 30, on lui demande de sortir de cette maison sous instruction du colegion. Il fait immédiatement l’objet des menaces, intimidations, de la part des gens qui sont arrivés , dont, le chef D’Etat-major de la légion du sud ouest, le Lieutenant assurant l’intérim à la semil à Buea. Le Lieutenant chef bureau BRTS Buea, ainsi la brigade de Buea, qui commence à l’entendre pendant que les jeunes gendarmes qu’ils ont amené transportaient les effets pour mettre dans un Camion de le Gendarmerie.et c’est en ce moment qu’on lui notifie la correspondance du colegion qu’il a signé ce même jour à 22h ordonnant de libérer le studio au profit de la jeune gendarmette, célibataire, sans enfant et que lui GM .

Mbarga doit aller occuper la chambre où la fille restait dans le camp de la gendarmerie. Celui-ci a essayé de leur faire comprendre comment est possible qu’il quitte un studio où il vit avec sa femme et ses quatre enfants pour rejoindre un chambre?. Ses pleures sont tombées dans l’eau, car sous la pression , les intimidations comme quoi on va l’envoyer au Tribunal Militaire.

Tous ses effets ont été transporté dans le Camion. Et tout ceci devant sa femme et ses enfants aux environs de 2h ,il a passé la nuit avec sa petite famille sous la véranda du bureau transmission des données. Et la fille se vante partout qu’elle a fait sortir un GM de 20 ans de service de la maison disant qu’elle est Général en bas. Acte sans cœur

Témoin des faits cette même nuit je ne peux que dénoncer car personne n’ose dire mot à la légion du sud ouest malgré que tous soient touchés de cet acte ignoble ordonné par le colegion à cause des chaleurs des entres jambes d’une jeune gendarme 2017.’, a confié un gendarme à Boris Bertolt.

https://cdn.camerounweb.com/imagelib/pics/338/33849100.jpg

Source : Camerounweb.com

Laisser un commentaire