Europe France

3e confinement en Autriche, fermeture des restaurants au Royaume-Uni… le point sur la situation dans le monde

La pandémie a fait au moins 1,66 million de morts dans le monde, selon un comptage réalisé par l’Agence France-Presse, vendredi 18 décembre. Alors qu’aux Etats-Unis la campagne de vaccination a commencé, plusieurs pays européens durcissent les restrictions sanitaires à l’approche des fêtes de fin d’année.

Contexte : Coronavirus : visualisez l’évolution de l’épidémie en France et dans le monde
  • Troisième confinement strict après Noël en Autriche

Le gouvernement autrichien va instaurer un troisième confinement généralisé à partir du 26 décembre pour tenter d’endiguer la pandémie de Covid-19, a indiqué vendredi le gouvernement. « Du 26 décembre au 24 janvier, les restrictions en matière de couvre-feu s’appliqueront à nouveau toute la journée », a écrit le gouvernement dans un communiqué. Jusqu’à présent, le couvre-feu avait été décrété entre 20 heures et 6 heures du matin.

Les magasins et les écoles vont à nouveau fermer jusqu’au 18 janvier. Le maintien de l’ouverture des stations de ski est laissé à l’appréciation des autorités locales et régionales. A partir du 15 janvier, seuls les résidents s’étant pliés à un test antigénique pourront reprendre une vie sociale avant la levée générale des restrictions le 24 janvier, a précisé le gouvernement.

« Pendant la semaine du 18 au 24 janvier, les écoles, les magasins et les restaurants seront ouverts à tous ceux qui ont subi un test antigénique de dépistage datant de moins d’une semaine », peut-on lire dans le communiqué.

Par ailleurs, les enseignants, les commerçants en contact avec la clientèle et les conducteurs de transports en commun seront testés toutes les semaines à partir du 18 janvier.

Lire aussi Covid-19 : l’Europe déplore désormais plus d’un demi-million de morts des suites de la pandémie
  • Restrictions ailleurs en Europe

A l’approche des fêtes de fin d’année, les autorités européennes craignent un nouveau rebond de l’épidémie et de nombreux pays renforcent les restrictions pour tenter de la contenir.

L’Allemagne est entrée mercredi dans un reconfinement partiel, avec la fermeture de tous les commerces non essentiels et des écoles. Confronté à une deuxième vague, beaucoup moins maîtrisée que celle du printemps, le pays a enregistré un record d’infections en vingt-quatre heures, à plus de 30 000, selon l’institut Robert-Koch.

Au Royaume-Uni, les restaurants, pubs et hôtels de Londres ont été contraints mercredi de fermer pour la troisième fois depuis le début de la pandémie. Plusieurs régions situées dans l’est et le sud-est de l’Angleterre seront aussi soumises aux plus strictes restrictions locales en vigueur à partir de samedi. En Irlande du nord, le gouvernement a décidé d’instaurer après Noël, et pour six semaines, un nouveau confinement.

La Pologne a annoncé un confinement partiel de trois semaines à partir du 28 décembre sur l’ensemble du territoire, et a interdit tous les déplacements le soir du nouvel an.

En République tchèque, les autorités ont décidé de rétablir un couvre-feu et la fermeture des bars et restaurants pour les fêtes de fin d’année. La Lituanie, elle, prévoit des barrages routiers pour restreindre les déplacements pour Noël.

De son côté, la Suisse fermera, à partir du mardi 22 décembre et pour une durée d’un mois, tous ses restaurants, salles de sports et terrains de jeu afin de lutter contre une hausse inquiétante des contaminations. La confédération avait tout fait jusqu’ici pour éviter de rétablir un confinement strict après celui du printemps. La majorité des stations de ski restent, en revanche, ouvertes.

Pour la première fois depuis l’apparition du virus, la Suède a recommandé, vendredi, le port du masque dans les transports publics. Le pays scandinave, en difficulté face à la deuxième vague, va également adopter une série de nouvelles restrictions, dont l’introduction de jauges dans les commerces et la limitation des tablées à quatre personnes dans les restaurants.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Covid-19 : la stratégie suédoise remise en cause
  • Le Brésil enregistre à nouveau plus de 1 000 morts en vingt-quatre heures

Le Brésil est repassé au-dessus du seuil de 1 000 morts quotidiennes dues au coronavirus pour la première fois depuis le 30 septembre, selon le dernier bilan publié jeudi par le ministère de la santé. Le plus grand pays d’Amérique latine, qui subit de plein fouet la deuxième vague de la pandémie, déplore au total plus de 184 000 décès enregistrés du Covid-19, avec plus de 7 millions de cas confirmés. Le nombre de nouvelles contaminations déclarées reste également extrêmement élevé (69 800), proche du pic de mercredi (plus de 70 000).

Le pays de 212 millions d’habitants connaît depuis novembre une forte recrudescence des cas et des décès et de nombreux spécialistes craignent que la situation s’aggrave avec les fêtes de fin d’année. Les courbes de la pandémie avaient baissé nettement après un interminable plateau à plus de 1 000 morts par jour en moyenne de juin à août, avant de remonter de nouveau le mois dernier.

Lire aussi Covid-19 : l’Espagne commencera à vacciner le 27 décembre
  • Plusieurs dirigeants européens en quarantaine

L’annonce, jeudi, de la contamination du président français, Emmanuel Macron, a contraint plusieurs dirigeants européens qui l’avaient rencontré à se mettre en quarantaine. M. Macron s’est depuis rendu dans la résidence officielle de La Lanterne, à Versailles, « où il pourra à la fois s’isoler et continuer à travailler », a déclaré l’Elysée. Le président a annoncé, vendredi sur les réseaux sociaux, qu’il allait « bien » et assuré qu’il continuait « à gérer les affaires courantes », mais avec « une activité un peu ralentie ».

Plusieurs dirigeants européens ont eux aussi annoncé qu’ils se mettaient en quarantaine par précaution après avoir rencontré M. Macron : le président du Conseil européen, Charles Michel, et les chefs des gouvernements portugais, Antonio Costa, espagnol, Pedro Sanchez (testé négatif), et luxembourgeois, Xavier Bettel.

Le premier ministre belge, Alexander De Croo, a été testé négatif au Covid-19 jeudi et devait reprendre vendredi ses activités. Le premier ministre slovaque, Igor Matovic, a, quant à lui, annoncé avoir été testé positif, une semaine après avoir assisté au sommet de l’UE à Bruxelles.

Notre sélection d’articles sur le coronavirus

Le Monde


Source link

Laisser un commentaire